Cycling made in Australia

Il existe, à l’autre bout du monde, un cyclisme totalement différent. Les règles sont les mêmes mais pourtant il se distingue du vélo que l’on connaît tous.

La concentration a laissé place aux sourires et les larmes aux rires. Les blagues sont obligatoires et la victoire, optionnelle. Voici la recette d’une bonne course australienne.

Aucune pression, seulement de la joie; amateurs, espoirs et professionnels sont mélangés au grand plaisir des spectateurs.

Comme chaque année, 2 mois après la fin de la saison professionnelle, le sport revient de plus belle en Australie!

C’est à coup de critériums, de courses sous le soleil que les cyclistes professionnels reprennent doucement le rythme.

Ce genre de courses donne des résultats plutôt alléchants comme celui du NSW Grand Prix qui s’est disputé le 28 novembre dernier: Chris Sutton battu par Caleb Ewan suivi de Thomas Palmer.

Si vous avez aimé le podium vous aurez aussi aimé la liste des engagés: Mark Renshaw, Leigh Howard, Wesley Sulzberger et Aaron Donnelly (pour ne citer qu’eux).

Même si le Tour Down Under reste indetrônable dans le coeur des Aussies, une course suscite autant l’attention, l’Herald Sun Tour avec un palmarès qui sort de l’ordinaire avec des vainqueurs tel que Bradley Wiggins (2009), Simon Gerrans (2005,2006) et Suart O’Grady (2008).

Depuis 1952, le Tour forge les plus grands talents australiens à l’image de Michael Matthews qui s’était révélé en 2009 comme l’un des héritiers de Robbie McEwen.

On ne parle pas du cyclisme australien sans penser à une équipe qui existe depuis 2006 et qui a donné les plus grands champions d’Australie. Luke Durbridge, Jack Bobridge, Cameron et Travis Meyer, Michael Matthews, Rohan Dennis, Damien Howson, Caleb Ewan, Michael Hepburn, ils sont tous passés par la case Jayco AIS.

Depuis son existence l’équipe a été classée 4 fois meilleure équipe du continent océanien. Elle a eu 3 champions du monde dans ses rangs et 13 titres de champions d’Australie pro et espoirs.

C’est la seule équipe australienne qui permet aux jeunes cyclistes d’accéder aux courses européennes comme par exemple l’Olympia’s Tour, le Tour de Thuringe et quelques classiques italiennes.

Nous les retrouverons tous pour le summum de la saison australienne, début janvier 2014, pour les championnats d’Australie et le Tour Down Under.

Et puis... qui sait, nous verrons peut-être ces kangourous faire de belles choses sur les Grands Tours...

Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Cycling made in Australia
Retour à l'accueil