Castres ne fait pas de cadeau à l'USAP

On y est, le début de la phase retour du Top 14. Castres qui s’était déplacé à Perpignan pour l’ouverture de la saison reçoit donc les Catalans pour une revanche. Au match aller, malgré une bonne entame des castrais qui avaient la « pression du champion », l’USAP grâce à sa nouvelle recrue Camille Lopez l’emportait 26-23. Les deux équipes ont rendez-vous pour réagir après leurs échecs en H Cup du week-end dernier. Malgré Noël qui approche, ces deux équipes ne devront pas se faire de cadeaux. Tout le monde a en tête le match Castres-Perpignan de la saison passée qui s’était soldé sur un 38-36 en faveur des Tarnais grâce à une pénalité de Kockott à la fin du match. Un match qui avait été un tournant dans la saison du futur champion. La question n’est pas de savoir aujourd’hui si celui qui gagne sera champion mais avant tout, qui aura les cadeaux de la victoire au pied su sapin.

Une bonne entame à l’aller, une bonne entame au retour

Après un hommage rendu aux deux militaires du 8ème RPIMa de Castres tués la semaine dernière en Centrafrique, le CO rentre tout de suite dans son match. L’ailier tarnais Geoffrey Palis ouvre le score sur pénalité après seulement 2 minutes de jeu. Malgré les franchissements catalans, les Castrais sont présents dans les rucks et récupèrent de nombreux ballons. Mais pas que. Le CO sait aussi franchir la défense. Les arrières et les avants avancent. Une percée de Max Evans, qui se fait découper à 5 mètres de l’en-but et M.Gauzère donne une pénalité pour le CO sur le ruck. Oui mais derrière lui quelques joueurs s’accrochent sans donner de coups de poing. Par contre Nicolas Durand le demi de mêlée de l’USAP ne se sort pas du de la zone plaqueur-plaqué et simule un coup reçu.

M.Gauzère n’est pas dupe, il dégaine un carton jaune contre le catalan. S’en suit une mêlée pour Castres à 5m de l’en-but catalan. Tomas sert à l’intérieur Claassen qui s’était décroché de la mêlée. L’international français n’a plus qu’à plonger dans l’en-but.

Premier essai encaissé à 14, et un deuxième qui suit. Le CO est à nouveau dans le camp de l’USAP, les temps de jeu s’accumulent. Le ballon est écarté vers les ailes. Palis sur son aile le reçoit, fixe un défenseur et sert Claassen dans le côté fermé qui va aplatir son deuxième essai de la soirée. Cruel pour les Catalans. A 14 contre 15, ils encaissent 14 points contre seulement 3 points de marqués.

De retour à 15, l’USAP remet un peu plus la main sur le ballon, et commence à se montrer dangereux en occupant les 22 mètres castrais. En vain, les sang et or n’iront pas dans l’en-but.

Seules une pénalité de chaque côté permettront aux deux équipes de rentrer aux vestiaires sur un score à l’avantage des locaux, 20-6, avec deux essais. L’objectif pour Castres en deuxième mi-temps est donc d’aller chercher le fameux point de bonus offensif.

Le CO maîtrise son sujet jusqu'au bout

Les Castres le savent, ils sont capables d’aller chercher ce point de bonus. Et ils se mettent à l’œuvre dès le début du deuxième acte. Kockott rentré à la place de Tomas, le jeu est un peu plus dynamisé et c’est tout une équipe qui avance et qui trouve des espaces. Oui mais l’USAP aussi trouve des espaces. A peine 5 minutes de jeu dans la seconde période, Durand se faufile au ras du ruck et sert Ion qui file sous les poteaux. Oui mais les joueurs et le public castrais grondent. Pourquoi ? Guirado retient Ibrahim Diarra qui aurait pu plaquer Nicolas Durand s’échappant. M.Gauzère fait donc appel à l’arbitrage vidéo pour accorder ou non l’essai. Verdict : il y a bien une obstruction du catalan sur le castrais, l’essai est logiquement refusé. Terrible conséquence. Sur la pénalité, Castres trouve une touche dans le camp catalan. S’en suivent beaucoup de temps de jeu. Le CO se rapproche, se rapproche de l’en-but. A 5 mètres de la ligne, le ballon jaillit du ruck petit côté pour Talès qui prend un mini intervalle entre deux défenseurs et aplatit ainsi le troisième essai, synonyme de bonus offensif. Castres va craquer quelques minutes plus tard. Jeoffrey Michel, champion de France Reichel avec Castres, va trouver l’espace dans la défense tarnaise. Evitant les plaquages des derniers défenseurs, il parvient à aplatir l’essai qui prive provisoirement Castres du bonus offensif. Poussé par le public le CO repart à la conquête du point de bonus. S’appuyant sur ses cisailles qui plaquent à tout va, Bornman et Baï, le CO avance et se rapproche de l’en-but. Côté perpignanais, cela plaqua à tout va aussi, mais un point moins dans la règle. Strokosch sanctionné d’un carton jaune pour plaquage « cathédrale » sur Wannenburg puis Pérez pour un plaquage haut à retardement sur Kirkpatrick laissent leur équipe pour les dernières minutes. A 13 contre 15, l’USAP n’encaisse pas d’essai, mais après le retour de Strokosch, les catalans craquent. Baï, énorme en défense, se distingue dans la partie offensive. Servi par Kockott dans le petit côté, il se faufile dans la défense à coups de feintes de passes et de crochets pour marquer le quatrième essai qui permet aux CO de récupérer le point de bonus offensif.

Un point de bonus offensif qui cette fois-ci restera en possession du CO jusqu’à la fin.
Le Père Noël avait donc un cadeau de plus dans sa hotte pour le CO qui ne prend pas pour autant les rennes du championnat à cause de la victoire bonifiée de Clermont. Quant à Perpignan, c’est une avalanche de défaites que subissent les hommes de Marc Delpoux : 6 échecs consécutifs toutes compétitions confondues. Pour les deux équipes il faudra se déplacer à l’extérieur pour le « boxing day » du Top 14. Castres ira à Grenoble et Perpignan ira au Stade Français qui reste invaincu cette saison dans son nouveau stade Jean-Bouin.

Réactions d'après-match:

Jean-Pierre Pérez (troisième-ligne, Perpignan):"On peut refaire les matchs. C'est sur, avec un joueur en moins tout est différent. On est complètement passé à travers dans les vingt premières minutes. On a été inexistant dans les duels et dans tous les secteurs. On a pas su imposer notre rythme, on a subit et on a encaissé les premiers points. L'indiscipline nous a aidé à rien du tout. Il y a eu beaucoup d'énervement entre nous parce qu'il n'y a pas eu une bonne entente avec cet arbitre. On n'a pas su le comprendre rapidement. Je ne vais pas jeter la faute à l'arbitre mais avec cet effet boule de neige, les joueurs s'agacent, on ne contrôle plus."

Geoffrey Palis (ailier, Castres):"On ne pensait pas au bonus, c'était avant tout la victoire qu'on visait. On a rien lâché et on est allé le chercher à la fin. On se facilite le match grâce à bonne entame. On a quelques passages à vide qu'il faudra rectifier pour le match de Grenoble. L'essai encaissé aurait pu nous perturber mais on a su se remobiliser et repartir de l'avant.

Marc Delpoux (manager, Perpignan):"Il n'y a pas que le premier carton, il y aussi le premier quart d'heure qui nous fait très mal. On a mis 10 minutes à entrer dans le match. Eux ils concrétisent et nous on ne concrétise absolument rien. Au moment des deux derniers cartons, le match est plié, même s'ils n'ont pas le bonus. Dans les point vraiment négatifs c'est la conquête qui n'a pas été bonne. Une fois de plus la vidéo nous refuse un essai. C'est dommage qu'on ait pas regardé la vidéo sur leur essai de la seconde mi-temps, il y a aussi une obstruction."

David Darricarrère (entraîneur, Castres): "C'est un bon match qui récompense les garçons. C'est une qualité de se nourrir des fautes. On a su être réaliste. On a ait ce qu'il fallait."

Photo: Castres Olympique

Retour à l'accueil