Hungry Heidi et Sebastian Vettel, des phénomènes !

Sebastian Vettel est devenu hier, l'homme aux records. En effet, il a signé sa huitième victoire consécutive lors de Grand Prix des États-Unis, ce qui monte désormais à douze le nombre des GP remportés par l'Allemand cette saison. Vettel est donc logiquement monté sur le podium avec à ses côtés, un Romain Grosjean heureux et un Mark Webber plutôt déçu.

Vettel, maitre parmi les maitres.

La Suprématie de l'allemand n'est donc pas terminée, alors qu'il signe un record avec huit victoires à la suite, Vettel dit avoir encore faim et compte remporter le GP de São Paulo la semaine prochaine. Sa victoire à Austin, il la doit à Hungry Heidi, sa voiture, qui depuis le début de la saison fait un sans faute.

A noter que Sebastian Vettel a réalisé une fois de plus, des donuts partageant ainsi sa joie avec tout le peuple des états-Unis.

Grosjean, la course (presque) parfaite.

Romain Grosjean a réussi à accrocher, hier, la seconde place du GP. Le Français s'est intercalé entre les deux Red Bull, les empêchant du faire un doublé et accentuant ainsi la déception d'Aussie Grit qui rappelons-le mettra un terme à sa carrière en formule 1, lors du GP de São Paulo. Cependant, Webber a quand même souligné le pilotage "très propre" de son adversaire français.

En tout cas, Romain nous a démontré qu'il pouvait être à la hauteur des plus grands notamment en se rapprochant à chaque GP de la victoire finale. Espérons que la prochaine soit la bonne.

Fernando Alonso, l'éternel second.

Depuis quatre ans maintenant, Fernando Alonso est le dauphin d'un Sebastian Vettel toujours aussi affamé. Effectivement, l'espagnol connaît bien la chanson à présent et peut se réjouir d'une seconde place qui vaut bien la première, puisque Vettel est passé dans la catégorie des surhumains tel un Michael Shumacher à son époque.

Réactions à chaud d'un champion hors du commun :

Sebastian Vettel : « Je ne sais pas quoi dire. Je suis très fier de l'équipe, un jour, je regarderai peut-être derrière moi et je réaliserai enfin. J'avais aujourd'hui une très bonne voiture mais il ne faut pas négliger tout le travail mis en oeuvre dans l'ombre. Les gens ont tendance à oublier que chaque week-end est un défi en soi et qu'une telle série (8 victoires) est quelque chose d'extrêmement difficile. C'est normal d'avoir des hauts et des bas et en ce moment nous sommes dans un haut mais on ne sait jamais ce qu'il peut arriver. Il faudra se battre la saison prochaine car il n'y a aucune garantie qu'on reste à ce niveau avec les nouvelles règles qui arrivent. Hier (en qualifications), il n'y avait que 1/10 entre Mark (Webber) et moi. La course était fluide et j'étais content de l'équilibre de la voiture mais les conditions étaient nouvelles (NDLR: il a fait plus chaud dimanche que durant la semaine). J'étais bien content d'être en tête après le premier virage, j'ai pu faire le trou et ensuite gérer. Les pneus avaient besoin d'être gérés, il ne fallait pas y aller trop fort trop vite et faire un tour parfait à chaque fois mais c'était bien d'avoir dix secondes afin de gérer, c'était plus facile. »

Dessin du quarter dollars de l'Etat d'Indiana; Podium du GP et Hungry Heidi dans toute sa splendeur.
Dessin du quarter dollars de l'Etat d'Indiana; Podium du GP et Hungry Heidi dans toute sa splendeur.
Dessin du quarter dollars de l'Etat d'Indiana; Podium du GP et Hungry Heidi dans toute sa splendeur.
Dessin du quarter dollars de l'Etat d'Indiana; Podium du GP et Hungry Heidi dans toute sa splendeur.

Dessin du quarter dollars de l'Etat d'Indiana; Podium du GP et Hungry Heidi dans toute sa splendeur.

Retour à l'accueil