Rencontre avec une jeune cycliste pleine de talents qui a participé aux championnats du monde à Florence.

" -Peux-tu nous expliquer comment tu t'es préparée pour ces championnats du monde ?

Laura Perry : C'est simple, j'ai fais une coupure de 3 jours après les championnats de France. Ensuite je suis partie une semaine en stage prépa monde avec l'équipe de France à Aix-les-bains où nous avons beaucoup travaillé ! Ensuite j'ai fait encore une grosse semaine mais à la maison cette fois-ci puis pour finir une semaine de récupération avant les championnats.

-Globalement, comment s'est passé ta course, tes sensations ? Qui étaient les favorites de ta catégorie ?

LP :J'avais pour rôle d'user les autres pour que les favorites de l'équipe fassent le moins de travail possible. Mais tout de suite j'ai senti que je n'avais pas de bonnes sensations, les jambes ne répondaient pas. Je n'ai pas pu faire ce que j'avais à faire et c'est ça qui me déçoit. Le réconfort c'est d'avoir été aux championnats du monde ce qui est une expérience vraiment exceptionnelle. Dans ma catégorie il fallait surveiller les Hollandaises , les Italiennes, les Belges et bien-sur les Françaises !!

- C'étaient tes premiers championnats du monde, que retiens-tu de cette première expérience ?

LP : Je me dis que je suis vraiment une veinarde ... Un championnat du monde c'est le cas de le dire c'est un autre monde. On est tous ensemble et même avec les pros. De plus, on est arrivé sur la course dans le bus de l'AG2R. Royal ! Il y a beaucoup de monde, beaucoup d'encouragements. Bref, c'est juste énorme !!

- L'objectif est donc d'y retourner l'année prochaine ?

LP : J'ai envie de répondre que c'est une évidence ... Après ces championnats j'ai compris qu'il fallait que je fasse du vélo à fond parce que c'est un monde extra, vraiment ! Ça me donne envie de réussir à faire de très belles choses, tant qu'il y a du vélo, il y a du plaisir ..."

Tous les espoirs sont permis
Tous les espoirs sont permis
Tous les espoirs sont permis
Retour à l'accueil