Avec son talent et son palmarès on croyait Alexis Palisson assuré d’une place dans le quinze majeur de Toulon. Pourtant, dans le premier tiers de cette saison 2013-2014, l’ancien Briviste n’est plus que remplaçant…

 

Vainqueur de la H-Cup en 2013 et deux fois finalistes du Top 14 avec Toulon, du Grand Chelem 2010 et finaliste de la dernière Coupe du Monde avec l’équipe de France, à seulement 26 ans Alexis Palisson peut se vanter d’être un des plus beaux palmarès Français du rugby.

Avec un recrutement majoritairement effectué dans l’hémisphère Sud, le RCT s’offre des perles de joueurs internationaux pour le poste d’ailier : le Sud Africain Bryan Habana, l'Australien Drew Mitchell, et le jeune Fidjien Josua Tuisova. La concurrence déjà rude s’est encore intensifiée pour le petit Frenchie à qui le début de la saison ne sourit pas vraiment, avec 5 matchs joués et seulement 3 en tant que titulaire, le nombre de ses minutes de jeu de n’augmentent pas très rapidement, 222 depuis le début de la saison. Il confiait d’ailleurs à Var Matin que « c’est quand même difficile à vivre car j’ai été champion d’Europe et là, je ne joue plus ». Il va même plus loin dans ces propos en annonçant que « si l’on ne me donne pas le temps de jeu que je réclame et dont j’ai besoin pour être bien dans ma vie, je vais malheureusement devoir partir. ». Le Français est clair, si il n’a pas le temps de jeu nécessaire et significatif d’un retour en équipe de France, il s’en ira.

Or c’est là que le problème se pose pour les Toulonnais avec la nouvelle réforme sur les joueurs issus de la Formation Française (JIFF) qui devrait arriver au niveau du Top 14 durant la saison 2014-2015, le départ de Palisson poserait un réel problème au club. Avec seulement 47% de JIFF dans son effectif, Toulon est bien en dessous de la limite des 55% qui devrait être imposée par la LNR. Alors que le départ de Palisson pourrait  encore faire baisser ce pourcentage, Toulon ne peut pas se permettre de perdre l’un de ses JIFF les plus titré au risque de devoir faire une nouvelle grande campagne de recrutement de joueurs beaucoup moins expérimentés.

La solution serait donc de donner plus de temps de jeu à Alexis Palisson, mais que faire alors de ces joueurs vedettes comme Habana, vitrines avantageuses et couvertures médiatiques du Club varrois. Sans une place de titulaire, ils risquent de repartir vers leur pays d'origine, vers les provinces du super XV où ils auraient une place de titulaire assurée.

Véritable casse-tête pour les dirigeants du RC Toulon, qui devraient pourtant se dépêcher de trouver une solution avant de voir leur ailier partir vers des clubs tels que Clermont, Le Stade Français Paris, Perpignan ou autre Castres qui le convoitent déjà …

Alexis Palisson (à droite), avec son entraîneur, Pierre Mignoni. Photo: Aubin Lipke

Alexis Palisson (à droite), avec son entraîneur, Pierre Mignoni. Photo: Aubin Lipke

Retour à l'accueil