Le T.F.C. renoue avec le succès

Après une défaite humiliante face à Rennes le week-end dernier en championnat (0-5), Toulouse se devait de l’emporter face à l’USCL, formation de Ligue 2, pour le compte des seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue.


Cependant, le TFC s’est d’abord fait peur au stade Dominique Duvauchelle, face à une valeureuse équipe de Créteil, avant d’assurer sa victoire. Alain Casanova avait décidé de faire à confiance à la plupart des joueurs du week-end dernier. Il avait tout de même décidé de laisser Ahamada sur le banc de touche après son match catastrophique de samedi dernier et de lancer Olivier Blondel pour garder le but toulousain.


Après une bonne entame de match, les toulousains se sont fait surprendre sur un contre cristolien, concrétisés par Nicolas Belvito à la 34ème minute qui pouvait remercier Zebina, le capitaine toulousain se trouant complètement sur l’action. Devant ses quelques 3500 supporters, les cristoliens ont bien résistés, notamment grâce à un très bon Issa Ndoye qui réalisa deux arrêts de grande classe juste avant la mi-temps. D'abord sur une frappe de Braitwhaite (40ème) puis sur un ciseau de Ben Basat (44ème). Les Toulousains ont accentué la pression sur les pensionnaires de L2 et finit par concrétiser sa domination grâce à Aguilar à la 50ème minute. L'équipe d'Alain Casanova développait un beau jeu mais faisait face à une équipe de Créteil solidaire, solide défensivement. Il ne restait plus qu’une dizaine de minutes de jeu et le TFC n’avait toujours pas pris l’avantage au score, malgré de nombreuses occasions, et une maîtrise quasi totale. Mais à la 79ème minute Toulouse fut récompensé pour sa domination incontestable, but de Trejo, N’doye ne pouvant rien faire. Le TFC accentua le score en fin de match grâce à Ben Yedder, entré peu de temps avant.

Toulouse peut donc souffler, le TFC assure sa qualification pour les huitièmes de finale et se rassure après son échec du week-end dernier. L’équipe toulousaine peut désormais se concentrer sur le match d’Evian.

Chantôme, la dynamite du milieu toulousain

L’ancien joueur du Paris-Saint-Germain a été un véritable poison pour l’équipe cristolienne. Il a réellement dominé le milieu de terrain, de par son impact physique ainsi que sa justesse technique.

Passeur décisif sur le premier but toulousain, il a joué un rôle clé dans la victoire de son équipe. Combinant avec ses coéquipiers, n’hésitant pas à prendre le couloir droit, il a fatigué la défense adverse et est à l’origine de plusieurs actions dangereuses.

Serge Aurier a lui aussi été précieux, offrant notamment les passes décisives sur les deux derniers buts toulousains.

Retour à l'accueil