"Je ne suis pas journaliste"

Interview de Marie Le Berrigaud Perochon ( Responsable du service de presse sur la solitaire/ travaille à Rivacom) . Elle est L'ATTACHÉE DE PRESSE de la Solitaire du Figaro.

En quoi consiste votre métier sur la Solitaire du Figaro ?

Alors, moi mon métier sur la Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire, c'est d'assurer la médiation, c'est à dire de prendre contact avec l'ensemble des médias, de les informer de ce qui se passe sur l'ensemble de la course et puis, essayer de les inviter à venir interroger les marins, prendre des images et faire parler de la course.

En quelque sorte vous êtes la journaliste attitrée à la Solitaire du Figaro...

Je ne suis pas journaliste, je suis attachée de presse. Moi, mon métier, c'est vraiment de faire parler de la course dans tous les médias et de tout coordonner pour informer de manière générale tous les journalistes qui pourraient être intéressé par la course.

Et, par exemple, hier, à 1h du matin, lors de l'arrivée de Morgan Lagravière, qu'avez vous fait concrètement ?

Hier, tout d'abord, à une heure du matin, on a transmis les premières informations essentielles, comme le temps de course et, très vite, on a fourni un texte un peu plus long résumant tout, notamment les premières déclarations du vainqueur, les photos, les petites interviews à l'arrivée et dans la foulée les interviews vidéo pour la Télévision.

Dès jeudi, vous allez tout démonter rapidement et vous déplacer vers Dieppe, arrivée de la dernière étape, le rythme risque d'être soutenu...

Le rythme est soutenu, oui, mais je pense moins soutenu que pour les marins. Il est soutenu mais c'est aussi ce qui fait l'intérêt de cette course et c'est pour ça que les gens se déplacent et sont là aujourd'hui.

Vous savez maintenant quel est le rôle de l'attachée de presse de la Solitaire du Figaro. Merci d'avoir lu cet article !

Retour à l'accueil