Le Capitaine Régis Mourot dirige l’escadron département de Gendarmerie sur cette 37ème édition de la Route du Sud. Il a répondu à nos questions.

Aubin Lipke : Pouvez –vous vous présenter à nos lecteurs ?

Capitaine Régis Mourot : « Je commande l’escadron départemental de sécurité routière du Tarn et à l’occasion de la Route du Sud je suis le chef de l’escorte motocycliste de la Gendarmerie qui assure la sécurisation de la route. »

A.L : Sur la Route du Sud, quelle est votre mission ?

R.M : « La mission du gendarme motocycliste est d’assurer la sécurité de la course et des accotés. Il y a de nombreux véhicules sur la route donc il faut sécuriser tout ça. On est en lien direct avec les motards civils, et on travaille à la sécurisation de l’ensemble de la course grâce à l’outil moto. Il y a 25 motocyclistes de Gendarmerie et trois Trafic(r) qui constituent l’ensemble de l’escorte. On fonctionne avec un élément précurseur que l’on appelle « couverture de route », qui me permet d’avoir des yeux et des oreilles au plus loin devant pour me renseigner sur l’état de la route. Un véhicule Trafic(r) et plusieurs motocyclistes ( 6 machines) permettent d’assurer la sécurisation de l’itinéraire : mettre les éventuelles voitures sur le côté. Ensuite, la deuxième partie de l’élément sont les flammes jaunes : ce sont des motocyclistes désignés pour signaler sur l’itinéraire tous les points dangereux pour les coureurs (îlots directionnels, nids de poule, camions garés sur la route). Tous ces dangers sont signalés donc par des drapeaux triangulaires jaunes orientés dans la position pour dévier les coureurs et les véhicules. Il y aussi un troisième groupe, le groupe de tête de course qui est composé du même nombre et qui est toujours sur l’avant des coureurs, au plus près, permettant de prendre en compte le peloton et les échappés quand il y en a. Et enfin il y a une queue de course, avec les véhicules assistance technique et les mécanos, et deux motocyclistes qui ferment la marche, qui sont vraiment à la fin du dispositif et qui à loisir sont à disposition pour une évacuation sanitaire, un remplacement. Moi je suis à l’avant entre l’ouverture et la tête de course pour pouvoir assurer l’ouverture de la « bulle ». On a une « bulle » qui est située autour des coureurs et qui est prioritaire en terme de responsabilité. C’est-à-dire que mon Trafic(r) crée le début de la « bulle » dans laquelle ne doit graviter que des véhicules autorisés. A l’intérieur de cette « bulle », personne d’autre ne doit circuler pour la sécurité des coureurs et des véhicules. On veille aussi à ce que les distances soit respectées, surtout sur les étapes de montagne avec une « bulle » qui va énormément s’étendre à cause de la difficulté des cols. »

A.L : Est-ce que vous avez le temps de profiter de la course du coup ?

R.M : « Cela dépend de la position dans la course, pour ma part je ne les vois que très peu car je suis devant eux. Mais les motocyclistes, cela leur permet suivant leur poste de voir la course ou non. »

A.L : Est-ce qu’on va vous retrouvez sur le Tour de France ?

R.M : « Pour le Tour de France, c’est particulier parce que la sécurité au plus proche des coureurs est assurée par la Garde Républicaine. Donc ce sont les gendarmes motocyclistes de la G.R qui assure la totalité de la sécurisation de la course. En revanche, dès que la course traverse un département, c’est les motocyclistes du département qui sont mêlés au dispositif de sécurité mais en périphérie. Dans notre escorte, on a un motocycliste qui a été motocycliste dans la Garde Républicaine. »

A.L : Est-ce que vous avez un souvenir, heureux comme malheureux, qui vous a particulièrement marqué sur la Route du Sud ?

R.M : « Le souvenir malheureux, celui qui nous reste à l’esprit, c’est il y a deux jours bien entendu puisque on a un de nos motocyclistes qui a chuté après avoir été percuté par un motard de la course. Heureusement, la fin est heureuse car il n’est pas blessé grièvement. Et puis on est heureux quand tout se passe bien, que la mission est accomplie avec succès, que la course s’est terminée sans accrocs. »

A droite: le capitaine Mourot

A droite: le capitaine Mourot

Retour à l'accueil