Ô yonnax !

Pour son premier match à domicile dans l'histoire du Top14, Oyonnax a crée la sensation en de battre le vice-champion d'Europe, l'ASMCA (30-19). L'USO envoi un signal fort !

Nakaïtaci déborde sur le long de la ligne côté gauche, se fait reprendre par la défense d'Oyonnax et en-avant des Clermontois. Mr Cardona siffle trois fois. Ca y est, c'est fait ! L'Union Sportive Oyonnaxiene remporte son premier match de Top14 de son histoire et pas face à n'importe qui : Clermont, cador de ce championnat et finaliste de la dernière HCup... et avec la manière !

Dans un Charles Mathon plein comme un oeuf et flambant neuf, la différence s'est faite en un quart d'heure ! Grâce à des joueurs au réalisme impressionnant, Oyonnax passe 20 pts dans ce laps de temps aux Auvergnats. D'abord grâce à un essai tout en puissance de Jenneker (26e) puis avec l'opportuniste Denos, étant à la conclusion d'un contre de 80m au pied de Tian (30e, 14-0). Ajoutez-y une pénalité (37e) et un drop plein de sang froid d'Urdapilleta (40e, 20-0) et les Haut-Bugistes mettent un gros coup sur la tête des hommes de Vern Cotter.

Mais les troupes du président Manducher allaient-elles pouvoir tenir cette même cadence durant 40 minutes supplémentaires, telle était la question à l'heure des citrons. Au final, on peut répondre oui et non. Non car lors de la première moitié du deuxième acte, Clermont revient avec des intentions et prend petit à petit le dessus sur les locaux. Un essai de Vosloo (44e) et trois pénalités de Brock James (47e, 54e, 56e) remettent les siens dans le sens de la marche. D'autant que l'USO est sanctionnée d'un carton jaune contre Jenneker (53e), même si les trois points d'Urdapilleta (50e) laisse un petit écart favorable à ses troupes. Oyonnax réussi à reprendre le dessus dans le jeu sur ses adversaires et concrétise par un troisième essai d'Ursache (67e, 30-14). Les 11 000 supporteurs se mettent alors à rêver d'un bonus offensif. Denos (69e) puis Cibray (70e) en ont l'occasion, justement refusé à la vidéo. Mais ce sont finalement les visiteurs qui marqueront par Stanley qui va gratifier le public d'une superbe percée (79e). Mais le bonus n'est pas là. 30-19, Oyonnax frappe un grand coup. Quand on disait qu'ils promettaient l'enfer à leurs visiteurs...il ne reste plus qu'à confirmer. Biarritz peut déjà trembler car résonne encore dans le Jura les "Ici, ici, c'est Oyonnax !".

Retour à l'accueil